Ecolieux-Ecovillages (tropiques)


Eco lieux, Eco villages, communautés !

Votre point de vue sur le sujet?

Vous trouverez ci-dessous quelques textes que j’ai soumis à différents endroits sur internet. Je les recompile ici en partie modifiés afin de faire un article complet et demander l’avis d’internautes intéressés de près ou de loin à cette idée.

Vous pouvez voir cette même page sans les commentaires sur http://savoirplus.org/Ecolieux.htm

…..

tiré de http://www.linternaute.com/…je-cherche-des-renseignements-sur-auroville 17/06/2012 (Bon, apparemment, ils ont supprimé la page, le lien n’aboutit pas)

Bonjour à tous. … Il y a un peu plus d’un an, je me renseignais sur Auroville et les préceptes de base de cette communauté m’interpellait bien. J’ai alors voulu avoir des renseignements plus directs en contactant le secrétariat d’Auroville (en 2011) et à l’heure d’aujourd’hui (2013), je n’ai toujours pas reçu de réponse à mes questions très précises : cela parait étonnant vu le niveau d’administration qui semble avoir lieu sur place (après de nombreuses lectures et renseignements sur le sujet) donc cela sous entend un manque d’éthique certain. Mon projet était pour l’installation d’une petite famille (mari-femme et petite fille). Cela ne semblait pas très facile mais à la connaissance des infrastructures d’Auroville, ça semblait faisable. Dommage. En ce qui me concerne, j’ai passé beaucoup de temps dans l’océan Indien avec une bonne partie sur Madagascar. Actuellement Madagascar est invivable à cause de la situation politique et par conséquent sociale (corruption, banditisme,…). Je vous parle de ça car avant de prendre connaissance d’Auroville, l’année dernière, j’avais en tête de monter une communauté / écovillage / plantation dans un pays comme Madagascar. Je ne voyais pas très bien l’ensemble de l’idée « écovillage » mais avec le concept d’Auroville, ça m’a permis de mieux cerner le sujet qui me correspondait et aussi avec les renseignements donnés par indiana.joe qui me semblent à prendre en considération.

Je pense qu’une ville telle que le concept de base d’Auroville est un idéal à atteindre pour beaucoup d’entre nous. Le plus important étant (pour moi) de vivre au sein d’une communauté en très bonne communication et harmonie, tout en étant libre de ses choix et de ses idées. Après cela, il y a les échanges et le travail. Je ne vais pas sur ce post mentionner tous les aspects de ce que devrait être, la ville ou le village idéal mais j’aimerais avoir le point de vue de certains quant au sujet de vivre dans un endroit similaire et voir les intentions de chacun pour peut-être créer un véritable endroit, noyau d’une future cité idéale. Mes premières interrogations portent sur l’endroit « idéal » : au départ, j’avais pensé à Madagascar où le terrain se trouve en abondance et reste à des prix très corrects, où ça parle français, où le climat est intéressant pour les cultures et où il y a possibilité d’échange de production avec l’extérieur comme la production de litchis par exemple et également où il y a possibilité d’un échange d’aide (formation et services) par rapport à la population locale (voir la video sur le terrain d’1 hectare dont j’ai la jouissance à Madagascar en bas de page). Mais comme je l’ai dit plus haut, l’ambiance sociale actuelle peut être explosive à tous moments. J’ai pensé ensuite à Maurice, pays que je connais bien et que j’apprécie particulièrement,,, mais à ce que je sais, le problème c’est l’argent et les règles politiques à l’immigration très restrictives. Dommage car le contact avec la population mauricienne est très agréable et la vie sur place peu chère en ce qui concerne le minimum vital. J’ai d’ailleurs contacté un ambassadeur de Maurice à l’UNESCO en 2012 mais sans réponse : l’objectif aurait été de demander un lieu tel Auroville en Inde et mettre en place une structure permettant de développer une certaine agriculture auto suffisante voire mieux encore, mais aussi une communauté internationale axée vers un développement technologique écologique ainsi que des expériences sur la santé (médecines douces). Si des responsables du pays lisent cet article et sont intéressés par un tel projet, je serais très heureux d’un contact avec eux. Maurice a l’avantage d’être en ligne aérienne directe avec la France, le Royaume Uni et aussi avec Madagascar, la Réunion, l’Inde, l’afrique du Sud, la Chine, etc… de plus, une grande partie de la population parle français et anglais, une petite partie seulement ne parle que créole mais comprend un peu le français.

 

Je suis donc à la recherche d’un endroit, si possible tropical ou simillaire (chaleur et pluie) en relation avec une agriculture variée et à rendement intéressant. Si quelques un d’entre vous avaient ces mêmes idées, ce serait sympa d’en parler et si oui, en discuter ensuite d’une manière différente sur un site plus approprié peut-être, arriver à cerner tous les aspects du projet pour convenir à un maximum de monde, en reprenant aussi la plupart des concepts de base d’Auroville tout en essayant de ne pas tomber dans les pièges. Déjà, au départ, mon idée est de créer une communauté plutôt privée dans le sens où la propriété est réglementée (mais aussi en fonction des lois du pays), c’est à dire que quelqu’un qui paye sa maison,,, et bien sa maison est à lui. Pour ceux qui n’ont pas vraiment les moyens, c’est avec leur service qu’ils doivent acquérir leurs biens immobiliers et dans l’attente ils peuvent avoir de quoi se loger et participer à la vie de la cité. Pour moi, cela est important pour la confiance… Bon ! je laisse la parole en espérant que cela va avoir une suite. Je vous invite aussi à lire cette page (page « utopia malgache » sur le site savoirplus.org) que j’ai écrite il y a quelques années en arrière donc les chiffres indiqués ne sont plus d’actualité : http://savoirplus.org/utopiemalgache.htm ça ne parle pas du même sujet mais certains aspects sont parallèles. Merci de m’avoir lu.

 

…..

 

Noter le lémurien dans l’arbre !

tiré de http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/22087-eco-village-plantation-travail/

17/09/2012

1. Eco village-plantation-travail

Bonjour à tous,

J’aimerais avoir l’avis de personnes intéressées et ayant déjà des idées ou expériences sur le sujet.

L’idée, c’est de créer un endroit sur Terre où il fait bon vivre et où la créativité de chacun puisse avoir la liberté de s’exprimer.

Au départ, mon idée était de trouver un terrain de plusieurs hectares (mini 15 Ha) à Madagascar sur la côte Est ou un autre endroit fertile, pas très loin de l’océan et avec un accés facile ainsi qu’une possiblité de connection internet et téléphonique gsm.

Pourquoi cet endroit ?

– Pour de nombreuses raisons : la langue parlée (français), le soleil et la pluie (possibilité de 2 saisons de légumes par an), la terre suffisamment fertile, le prix des terrains en brousse/forêt, l’aide à pouvoir apporter localement et les échanges possibles au niveau physique et culturel, l’existence de marchés à l’export notamment via le port deTamatave, le contact sympathique avec la population… et puis j’ai un bout de pied à Madagascar.

Quoi y produire ?

– Plantations en tous genres, arbres fruitiers (litchis, manguiers, avocatiers, fruits à pain, goyaviers, bananiers, coco, mangoustan, noni, moringa, etc…) et autres fruits et légumes (ananas, tomates, poireaux, haricots…) et autres cultures (riz, vanille, cannes à sucre, pommes de terre, épices) de quoi largement satisfaire notre consommation personnelle et revendre une bonne partie. Elevage de volailles possible notamment pour les oeufs et pourquoi pas de l’aquaculture si le terrain s’y prête. – En dehors de ça, chacun pourrait avoir sa propre activité et vendre ses propres produits perso, tels que services, ou autres fabrication de produits innovant portant sur les énergies alternatives ou autres domaines (internet y compris), mécanique, informatique, boulanger, cuisinier, menuiserie, médecine douce, construction, gemmologie/lapidaire, artisanat divers, éducation/école etc… mettre au point des techniques écologiques pour la captation d’énergie et aussi récupération d’eau de l’air ou du sol… on doit innover et améliorer. – Des maisons ou bungalows y seraient construits pour nous-mêmes ou pour louer à des personnes de passage pour observation ou stages. Au sujet de la construction, il y aurait un vrai défi à relever dans l’innovation et travailler avec des matières naturelles ainsi que sur les choix d’architecture (sachant qu’il y a risque de cyclone chaque année donc prévoir 1 à 2 mois de possibilité de mauvais temps/pluie-froid-vent par an) …

Comment y vivre en quasi permanence ?

– Pour ceux qui habitent sur place dans le village : participer à la production de la communauté une partie de la journée/ ou semaine, ou bien participer financièrement. – Ceux qui ont une recherche spirituelle auraient le calme et l’environnement adéquat pour cela, quitte à se baigner de temps en temps dans le reste du monde afin de permettre de se fouiller à fond pour dégager toutes ses négativités ou développer ses positivités. Il pourrait y avoir de petits groupes de développement spirituel, pourquoi pas, mais sans gêner l’ensemble de la communauté qui doit rester « laïc ». – il devrait y avoir des possibilités de santé naturelle, médecine douce, délivrée par certains collaborateurs… et si besoin d’urgence un accompagnement en hôpital traditionnel. …

Comment s’y intégrer et se l’approprier ?

Au départ, je vois un financement de groupe, de gens motivés pour l’achat et la création du début de projet : quelques milliers d’euro devraient suffire pour la part de chaque foyer et il serait nécessaire de voir comment administrer cela au mieux. Je pense qu’ensuite, une sorte de propriété sous forme d’actions ou similaire serait le plus envisageable. Certains pourraient « acheter » une partie du terrain pour y construire leur logement et si jamais un jour, ils veulent quitter ce jeu, ils auraient alors la possibilité de revendre leur propriété en principe à quelqu’un qui serait en adéquation avec l’idée de la communauté et si impossibilité de revendre il resterait une possibilité de location à des visiteurs ou stagiaires tout en évitant toute idée de spéculation outrancière.

J’en appelle donc à vous pour discussion afin de développer ce projet à tous points de vue et même s’il ne me sert pas à moi, il pourrait servir à d’autres pour y puiser des idées. Peut-être certains d’entre vous ont-ils entendu parler d’Auroville en Inde prés de Pondichéry : le concept que j’ai en tête y ressemble mais il semble apparemment que l’idée de base d’Auroville ait divergé de l’intention d’origine. Depuis 2009, Madagascar est entré dans une confusion presque totale et aucune sécurité n’est possible actuellement, donc en ce qui concerne ce projet d’éco village à Madagascar en ce moment, ce n’est pas vraiment possible…. Je suis ouvert à d’autres lieux avec accés facile : ne parlant pas correctement anglais, je ne me sens pas à l’aise si cela devait se passer dans un pays anglophone, surtout pour l’administration, mais ce n’est pas impossible. Cela peut aussi se positionner en France mais avec un peu de chaleur. Je vous laisse à vos remarques et suggestions.

…..

 

2. 18/09/2012

Concernant le fait de lancer un projet avec uniquement des amis, oui, cela semble aller sous le sens au premier abord mais – d’un côté, je connais des groupes qui se sont lancés de cette manière et ça n’a pas mieux réussi, car avec le copinage, on passe facilement à travers les règlements établis et on laisse les choses se faire par les autres plus facilement. – d’un autre côté, il est nécessaire d’avoir un but avec un fil conducteur, c’est là où il y a besoin de chercher et trouver ce but/motivation et ensuite mettre en place une façon de trier les futurs compagnons de tous horizons. Certains seront simplement heureux d’avoir une résidence ou un pied à terre au sein d’un groupe sympa et ils ne feront que financer cette possibilité et profiter de l’endroit, de l’espace, de la compagnie et d’échanges culturels, de produits consommables de très bonnes valeurs, d’être entourés par des gens responsables.

Comme le dit l’un de vous, il est nécessaire de partir avec un groupe restreint au départ, ce qui constituerait la base de la future communauté mais un groupe trop restreint diminuerait la possibilité d’espace nécessaire pour quelques dizaines de personnes ou plus dans le futur… sauf si chacun a de gros moyens à y mettre (ce qui n’est pas mon cas). S’il n’y avait eu ces problèmes à Madagascar, j’avais déjà un terrain disponible en Forêt à 500m de l’océan, seulement de 1 ha mais on aurait pu trouver d’autres terrains bien plus grand plus à l’intérieur des terres. Dommage, car pour le moment ce n’est pas possible (ou plutôt, c’est trop dangereux). Les images données par Stefnou (l’un de vous) pour l’organisation sont intéressantes à prendre en considération. Il est vrai que le plus dur, c’est de mettre sur pied une bonne organisation tenant compte de tous les aspects afin que chacun soit sur un pied d’égalité en fonction des finances qu’il y a mis et de son implication personnelle dans la vie de la cité… et que chacun puisse s’y retrouver s’il décide un jour de quitter le groupe sachant que la Vie est changement. Pour répondre à Xtall : pourquoi je pensais à un endroit tropical humide , c’est que la végétation pousse bien plus vite qu’en France, et parfois 2 saisons de pousses possibles, et donc comme c’est un peu la base de travail communautaire que je soumets, ça aide à avoir plus de production et à l’étaler dans le temps ce qui n’est pas évident en France métropolitaine où à partir de fin septembre, il ne reste pas grand chose de très nutritif en produits frais à se mettre sous la dent… et aussi avec le soleil et la chaleur le corps dépense moins de calories donc a des besoins moindres de ce côté.

C’est un projet qui comprend de très nombreux concepts à mettre en place puisque le but est de satisfaire pour le mieux tous les gens qui en feront partie.

Je remercie tous ceux qui participent à cette discussion.

…..


3. 28/09/2012

J’aimerais rajouter quelques rappels et précisions, par exemple j’ai écrit cela sur mon post de départ :

L’idée, c’est de créer un endroit sur Terre où il fait bon vivre et où la créativité de chacun puisse avoir la liberté de s’exprimer.

Cette idée ne comprend pas le fait de se sentir prisonnier du groupe ou de la cité. La personne (ou la famille) qui se joindrait à ce projet, doit se sentir libre de ses déplacements. Elle peut très bien considérer la cité comme un pied à terre et faire tout ce qu’elle veut en dehors de ce lieu à condition de ne pas créer de troubles au dehors qui pourrait être imputés à la cité. Elle peut avoir des activités en dehors de la cité. Elle pourrait n’être sur place que quelques semaines ou mois par an. Par contre, en étant sur place, elle doit contribuer au développement du lieu d’une façon ou d’une autre : financièrement ou par son travail dans la collectivité. Ce qui ne serait pas correct, ce serait que cette personne soit sur place et qu’elle reste totalement hermétique au reste du groupe… Non, cela ne serait pas correct. Si elle fait partie du lieu, alors elle doit contribuer avec un minimum de contacts tout en sachant qu’elle a le droit aussi de demander du temps à rester tranquille. Des règlements seront mis en place au départ puis améliorés et amendés au fur et à mesure de la croissance du lieu. Les gens suffisamment libres spirituellement ne craignent pas un minimum de contrôle individuel s’ils voient le côté bénéfique d’un point de vue « groupe ». Il faut éviter les tensions et quand il y en a, savoir comment les effacer et le faire. Mais qu’aimeriez vous trouvé dans cet « éco village » si vous en faisiez partie ? (matériel, relationnel, spirituel, autre) Comment voyez-vous votre vie idéale au sein d’un groupe/lieu ? Pour répondre à ceux qui s’interrogent au sujet de la santé/maladie, en ce qui me concerne, je n’ai pas grande confiance à la médecine officielle. Je ne dis pas qu’ils ont tout faux mais ils s’octroient le droit d’autorité dans le domaine de la santé et là je ne suis pas d’accord. Le débat n’est pas là, bien-sûr, mais comme c’est un point important du projet en vie commune, il est intéressant de s’y attarder un peu. Pour moi, la maladie a très souvent un rapport avec le relationnel, et, le fait de vivre dans un endroit où on se sent bien est déjà thérapeutique. Mais la Vie d’une personne n’est pas uniquement liée à l’endroit où elle se trouve physiquement, elle a des attaches et des communications à l’extérieur et elle a aussi une mémoire de ce qu’elle a vécu avant et cela peut affecter son état de santé dans la cité et son corps a aussi des mémoires « négatives » qui peuvent ressurgir… aussi, une des intentions que je mets en avant dans ce projet, c’est la recherche d’un état physique sans problèmes majeurs (afin de libérer la recherche spirituelle) et pour cela, je voudrais que cette cité soit un laboratoire de recherche dans ce sens par des moyens alternatifs mais sans couper non plus les ponts avec la médecine officielle, qui, dans certains cas, a des côtés positifs.

*****

Page suivante :  Projet ecolieu à Madagascar 2015

http://wp.savoirplus.org/voyages-espace/ecolieux-ecovillages-tropiques/projet-ecolieu-a-madagascar-2015/

Vos avis sur le sujet :

11 thoughts on “Ecolieux-Ecovillages (tropiques)

  • Alex

    Alex le 18/10/2012

    Bonjour (alex 33 ans de Paris)

    J aime l’idée du concept , le fait de tout prévoir a l ‘avance sur papier est bien trop compliqué a mettre en place si les lieux ne sont pas déja investis (politique, structure ,energie équitabilité, plan , design, culture….)
    Si l’on projette on idéalise ..et au moment de la réalité c’est la désillusion …..
    Je serais partant pour etre « un pionnier » parmis d’autres qui prendraient leurs bourses par leur main au sens propre comme au sens figuré pour reconfigurer des lieux de vie « écologique , économiquement équitable et fraternel »
    De toute facon avec les aleas de la vie, l’instabilité politique , les mouvement sociologique personne ne peux pretendre a du long terme, il n y a que le factuel et l’instant présent qui compte .
    Alors on peux tout prévoir mais pourquoi et pour qui ?Les populations locales , nos enfants , l’humanité???
    Ce genre de projet ne devrait pas prétendre a une structuration long trerme mais devrait se faire naturellement par le biais des personnalités, des spécialités et connaissances acquises au jour le jour.
    Les impondérables destructures les opinions et les choix fait a l’avance et cree des dissenssions qui n’ont pas lieux d’etre si les concernés n’avait pas projetté et idéalisé
    Cela crée des frustrations…et tout ce qui s’en suit……
    Je finis sur mes pionniers aventuriers car se sont eux qui ont la clés ils oeuvrent avant tout pour leur bien etre , ils savent que l’herbe est meilleure pour eux la bas alors ils y vont tout simplement, en plus elle pouse 2 fois plus vite , le climat est agréable , des essences de plantes rares y poussent , l’agro business est en route , ils ont les savoirs et un peu d’investissement et si en plus ils ont envie de contribuer au bien etre des locaux et d’echanger avec eux….
    La potentialité de ce genre de projet en milieu tropical avec des francophones a ma connaissance n’existe pas ou plus ou pas encore
    a bon entendeur……

  • Behin

    behin le 02/10/2012

    Kibboutz, communauté d’Auroville, ce sont des bons exemples car je reste persuadé qu’au départ l’aventure était fabuleuse
    il faut faire absolument quelque chose face à ce monde qui pa rt à la dérive…je crois chacun doit mettre sa pierre a l’édifice et ramener ses attentes et ses « talents »
    perso, je serai ok pour réfléchir autour de l’éducation et le pôle culturel….reste à définir l’endroit….il faut un lieu vierge de tout, où tout est bâtir…l’Inde me semble toujours interessant pour des aventures…le Vietnam aussi, il y a des endroits incroyable…je sais qu’en Amérique du Sud des expériences du type communautaire existent mais je ne sais pas les localiser…la France, why not ? mais rien ne me bouleverse pour l’instant…

  • Stephania

    Bonjour, je suis intéresse à quitter la ville pour vivre plus simplement dans un ecovillage. Votre projet m’intéresse particulièrement, car je suis passionnée par la médicine alternative et la prevention avec l’alimentation. Je peux avoir plus d’information sur le developpement de votre projet? Merci à plus

    • thierry

      Bonjour Stephania,
      Pour le moment, le projet n’a pas avancé pour diverses raisons. Comme je le dis dans le texte, l’endroit le plus intéressant pour moi est Madagascar, parce que je connais, ça parle français, on peut trouver des endroits pas chers, et il y a des lignes directes avec la France. Mais le pays est en crise depuis 5 ans et il vient juste d’y avoir les élections présidentielles (+ législatives) dont le but étaient, on supposait, de remettre les choses à plat, réconciliation et tout le toutim, malheureusement, il y a eu beaucoup de fraudes dans ces élections et la colère monte en attendant les résultats officiels de ces élections.
      Là bas, j’avais 1 ha disponible rapidement non loin de la route principale (500m environ) et en bordure de l’océan sous les arbres avec quelques fruitiers de planter l’année dernière. Bon, pas assez grand pour faire bien mais ça aurait été un début. Il y a 2 ha juxtaposés qui appartiennent à un ami malgache qui, je pense, accepterait de participer à l’opération.
      Merci de votre message et à bientôt, j’espère.

  • Il y a un espoir que le projet prenne naissance. Comme dit auparavant, cela se situe à Madagascar sur la côte Est, au sud de Tamatave (Toamasina) prés du canal des Pangalanes (environ 1 km) et 500m de la mer. Comme la base du projet et un projet « agricole », j’ai prévu de l’appeler « les Jardins de Madagascar ». Il sera possible d’y camper au départ et de mettre en place des installations pour améliorer le confort. Normalement quelques fruitiers ont déjà été plantés par mon ami malgache sur place, cependant la communication avec lui étant très difficile, quelqu’un de confiance doit s’y rendre prochainement pour voir où ça en est et communiquer directement. Je n’ai pas encore de plan très précis sur l’organisation de l’aide apportée. Quant aux premières étapes sur le terrain lui-même, il sera nécessaire de mettre en place certaines structures comme des toilettes (pompage d’eau du sol et wc), zone de cuisine/barbecue, zone pour dormir et bien-sûr commencer à aménager le jardin : on peut planter quelques espèces comme tomates, courgettes ou autres selon le moment (on doit pouvoir faire 2 saisons de tomates par an); concernant les fruitiers, il me faut d’abord voir le compte rendu de la personne envoyée sur place, il devrait y avoir des papayers de planter sinon ce serait une des premières choses à faire.
    Pour les aventuriers (ères) qui se sentent capables de donner un coup de main, contactez moi afin qu’on fasse connaissance auparavant. Un apport financier est souhaitable mais non indispensable : ce qui compte le plus, c’est le dynamisme, l’aide apportée et le respect envers les uns et les autres et envers aussi les autochtones (c’est primordial), la joie de vivre…
    Je vous tiendrai au courant de l’évolution… mais je vais certainement faire une nouvelle page pour cela.

  • Olivier

    Salut Thierry et les autres,
    Je viens de lire vos post et je suis également avec ma petite famille à la recherche de quelque chose de semblable au projet que tu veux mener. Si c’est toujours d’actualité il faudrait qu’on prenne contact car un peu compliquer de tout détailler dans un post.
    Contact: zitoun5@hotmail.com
    @ bientôt
    Olivier

  • thierry

    Bonjour Olivier,

    Pour répondre rapidement à ta question : on peut dire que le projet est toujours d’actualité mais il reste beaucoup d’obstacles dont le plus gros est encore le climat social et politique qui règne à Madagascar : le banditisme est à un haut niveau et cela ne change pas depuis plusieurs années voire même il augmente.
    Mais bon, je suis ouvert à la discussion. Mes coordonnées ont été envoyées sur ton email.
    A bientôt

  • Je passe par les commentaires pour signaler un évènement important qui vient de se passer dernièrement : Mr Keshe, depuis la semaine dernière, commence à divulguer gratuitement toutes les données concernant la fabrication d’appareils à produire du plasma qui peut servir notamment à un usage domestique mais aussi aux véhicules. J’essaierai si possible de faire une page sur le sujet d’ici quelque temps, cependant, je laisse un lien qui permettra de voir dés maintenant de quoi il s’agit, si le lien ne fonctionne pas, surlignez le avec le cclic gauche puis faites clic droit dessus et ouvrez dans un nouvel onglet : http://lapressegalactique.com/2015/11/02/keshe-photos-pour-la-construction-pas-a-pas-des-bobines/

  • Je rajoute :
    Pourquoi je signale cela ici sur un forum sur l’Eveil ? C’est que le mode de fabrication de cette énergie n’a rien à voir avec ce que l’on faisait jusqu’à présent. C’est une énergie propre (qui semble propre) qui provient de la nature même de la matière sans la brûler, sans l’atomiser… à voir et à comprendre. Une énergie qui semble aller de pair avec la nouvelle Conscience Éveillée qui émerge. Cela montre un bel exemple de relation entre la conscience spirituelle et la réalité de ce qu’est l’Univers Physique.
    Un bon espoir de remettre les pendules à l’heure.

  • Ludo

    j’ai un projet d’un écovillage urbain à Antananarivo, madagascar. Il n’est pas trop utopique et idéaliste car le prix des terrains sont élevés et c’est un projet qui coutera cher. Je dispose d’un terrain de 2 ha titré et borné à mananjary ilafy (à 10 mn du lycée français) un quartier en pleine expansion (à proximité des résidences « entre ciel et terre » et « les prés verts »). Le terrain sera morcelé et vendu aux futurs propriétaires, le village sera entièrement cloturé pour la sécurité, toutes les propriétés seront accessibles, cahier des charges strictes pour les constructions, etc. En fait ce sera une résidence où le proprio pourra construire selon ses goûts et besoins, le plan de masse + terrains de loisirs + salle commune (sport, spa, etc) sera à définir ensemble. Par ex, emploi systématique de toilettes sèches, puisards communs, récupération eaux de pluies pr lavages (voitures vetements), emploi de biogaz, chauffe eau solaire. Toutes les idées sont les bienvenues. Mail: roll.316@gmail.com

    • thierry

      Bonne initiative. Ce peut être le lancement d’une idée qui peut faire du bien à une ville comme Tana,,, si ça pouvait motiver d’autres personnes ? Très bien pour responsabiliser les habitants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *