Voyage Dans Vos Vies Passées – méthode R.E.V.


Dans le développement spirituel, il y a différentes façons d’avancer. Le fait de retrouver par soi-même des mémoires-cause dans des identités de vies passées permet d’effacer certains effets dans cette vie-ci et aussi de faire grandir la certitude d’être un Etre spirituel. Kalif vous parle ici de sa méthode R.E.V.

R.E.V. Régression à l’Etat de Veille (par Kalif)
Voyage dans vos vies passées

Tout d’abord éliminons une idée reçue concernant ce sujet. Beaucoup croient que « l’on a un nombre limité de vies passées». Rien n’est plus faux. Il n’y a aucune limite au nombre de vies passées que l’on peut avoir vécues. La raison en est simple, nous sommes des êtres spirituels et en tant que tels nous sommes immortels et éternels. Toutes nos vies ne nous servent qu’à une seule chose, vivre un maximum d’expériences de toutes sortes.
Des expériences que l’on qualifie de positives ou négatives. Fondamentalement il n’en n’existe pas de négatives. Toutes ces expériences ont une finalité positive car elles n’ont pour but que de nous aider à grandir spirituellement et à chaque fois que nous ne comprenons pas ces expériences la Vie nous les re-présente jusqu’à ce que nous comprenions le véritable message, à savoir que nous sommes totalement responsables de tout ce que nous vivons ici et maintenant.
Il n’y a aucun effet sans cause et aucune cause sans effet. Cette loi vaut pour l’univers physique. Sur le plan spirituel cette loi devient: vous ne pouvez être la cause sans être en même temps effet de votre causalité et inversement vous ne pouvez subir un quelconque effet sans en avoir été vous-même la cause. En d’autres mots vous êtes vous-même le créateur de ce que vous pensez subir de la vie et d’autrui. Vos décisions, pensées et considérations passées influeront sur vos vies tant que vous n’en prendrez pas l’entière responsabilité.
C’est ici que réside tout l’intérêt de pouvoir explorer nos vies antérieures. Le karma n’est pas une punition où vous devez « payer pour ce que vous avez fait ». En retrouvant vos vies passées vous prenez réellement conscience de votre responsabilité passée (même très lointaine dans le temps) dans ce que vous vivez aujourd’hui. Le simple fait de ré-éxaminer et ré-évaluer vos actions passées vous permet de comprendre et défaire le lien entre votre passé et votre présent et ainsi de dé-créer ce que vous avez-vous-mêmes créé et ainsi modifier positivement et durablement votre futur tout en prenant conscience que vous êtes véritablement l’Unique Artisan de votre vie présente ainsi que de toutes celles à venir.
Sachez que vous êtes déjà des Maîtres! Vous êtes votre propre élève mais aussi votre propre maître. Qui, mieux que vous peut vous enseigner les leçons de vos propres expériences? Vous avez ici le sens profond du célèbre dicton « lorsque l’élève est prêt le Maître apparaît ».
Je ne peux m’empêcher de penser à tous ceux qui ont attendu en vain leur Maître sans jamais savoir qu’il était déjà là.
Une autre idée reçue tout aussi fausse que la première: « tout le monde ne peut pas accéder à ses vies antérieures ».
Tout individu peut retrouver des vies antérieures à la seule condition d’être capable de comprendre les questions qu’on lui pose et d’y répondre. Il n’est même pas nécessaire d’y croire. Le plus important étant d’être bien guidé.
Tenter de trouver seul ses vies passées peut être dangereux (dans certains cas) pour votre équilibre mental et influer lourdement sur votre état de santé.
Beaucoup d’enfants, jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans se souviennent et parlent de leurs vies passées mais personne n’y prête attention. Hélas!

Comment se déroule une séance :
Un court entretien préalable entre le demandeur et le praticien permet de choisir le sujet à traiter dans la séance. En général un problème que la personne traîne comme un fardeau depuis longtemps et qui ruine petit à petit tout espoir d’être heureux, cela peut être d’ordre somatique, relationnel ou spirituel. Une fois l’objectif établi, le demandeur est informé que durant toute la séance il restera éveillé et conscient, qu’il pourra décider à tout moment de mettre un terme à la séance et qu’il gardera le souvenir complet de ce qu’il aura découvert sur lui-même.
Le praticien ne fait que poser des questions et ne s’autorise pas à donner des réponses ni à les suggérer. La seule vérité acceptable est celle que le patient considère comme tel. Tenter de résoudre les problèmes à la place d’autrui ne marche pas.
Quelques résumés de séances : 

***

Adéle (nom d’emprunt) adore les chevaux, elle met leurs photos sur tous les murs de la maison. Elle n’a jamais approché un cheval dans la vie présente et ne s’explique pas l’amour qu’elle porte à cet animal. Un jour des douleurs dorsales firent leur apparition, douleurs de plus en plus handicapantes au fil des mois malgré une kyrielle de spécialistes consultés. Lors d’une régression elle a mis le doigt sur la véritable source de son mal: dans une de ses vies antérieures elle traversa l’incident directement lié à son problème, elle avait un corps de cheval tirant une charrette le long d’un précipice sous une pluie diluvienne qui durait depuis déjà cinq jours,. Une roue de la charrette fit s’écrouler un pan de terre entraînant avec lui tout l’équipage dans sa chute. Le cheval chuta d’une dizaine de mètres dans le vide, son train arrière percuta violemment le sol. Sous le choc sa colonne vertébrale s’est fendue par le milieu. Elle quitte le corps de l’animal avant sa mort et éprouve pour lui une grande pitié et beaucoup de gratitude car « il l’avait très bien servi ».
Quelques jours après cette séance elle retrouvait son travail et sa joie de vivre. Ses douleurs lombaires ne sont plus jamais revenues.

***

Marc, 30 ans, claustrophobe depuis l’âge de 10 ans, en panique totale dans un simple couloir mal éclairé, obligé de dormir avec les fenêtres ouvertes même en hiver. Durant une régression dans une de ses vies passées il revit un incident qui lui permit de comprendre la source de sa phobie: année 1912 un village d’Autriche habituellement tranquille est attaqué par une horde de pillards venus d’on ne sait où.
Son père, pour le sauver, l’enferma dans la cave sous la maison et poussa un poêle en fonte sur la trappe et lui dit qu’il reviendrait le chercher plus tard et qu’il ne devait faire aucun bruit d’ici là. Il a attendu son père longtemps, très longtemps… trop longtemps. Il a tenté à plusieurs reprises de sortir mais la trappe était bien trop lourde pour lui (il avait 10 ans à ce moment là). Une vingtaine de jours plus tard il quitta ce corps qui devenait trop faible n’ayant rien mangé ou bu durant tout ce temps. Deux séances plus tard il s’installe, pour travailler chez lui, dans un bureau minuscule et sans fenêtres. Il s’y trouve très bien et n’a pas envie d’en changer.

***

Murielle, la plus jeune d’une famille de 7 enfants abordant la trentaine pense que sa vie est gâchée par la maladie d’Alzheimer de sa mère. C’est à elle qu’a échu « le devoir de s’en occuper » malgré le fait que les frères et sœurs soient mariés avec des enfants donc plus à même de par leur nombre de s’occuper de la malade qu’une femme seule qui doit en plus travailler pour gagner sa vie. Muriel trouvait cette situation particulièrement injuste. Chaque fois qu’elle avait un petit ami elle le perdait très vite à cause de son manque de disponibilité. Il faut ici préciser que ses frères et sœurs lui ont dit qu’ils prendraient le relais lorsqu’elle aussi voudra fonder un foyer. Après plusieurs demandes pour une aide ménagère ou des soins à domicile systématiquement rejetées elle me confia son désespoir de se sortir de ce cercle vicieux. Elle me confia autre chose que je n’ai compris qu’après les séances, elle était « persuadée que sa mère voulait lui faire payer quelque chose » mais ne savait pas exactement quoi. En deux séances de régression elle eut toutes les réponses à ses questions. Dans une de ses vies passées récentes elle était un homme, contremaître dans une grande plantation agricole. Il supervisait la cueillette des fruits. Puis il y eut cette femme (qui est sa mère dans la vie présente) qui avait volé quelques fruits pour ses enfants qu’elle élevait seule. Le contremaître, pour l’exemple fit venir les gendarmes qui mirent aux fers la malheureuse. Le contremaître pensait sincèrement que le lendemain elle serait à son poste mais les gendarmes en décidèrent autrement et la gardèrent longtemps, suffisamment longtemps en tout cas pour qu’elle attrape une pneumonie. Maladie qui lui interdisait dorénavant de travailler. Le contremaître s’en voulut énormément. Il essaya de l’aider comme il pouvait, lui faisait parvenir de l’argent par des intermédiaires qu’elle refusait à chaque fois qu’elle savait que l’argent venait de lui. La première fois qu’il était allé lui demander pardon et proposé son aide elle lui a répondu qu’elle « ne lui pardonnerait jamais ».
Muriel revint me voir deux semaines plus tard pour me dire son bonheur. Elle avait rencontré un homme en tous points conformes à ses critères et ils étaient à la recherche d’un appartement où ils allaient s’installer tous deux, à ce jour ils ont un enfant qu’ils élèvent ensemble. Quant à sa mère, la Sécurité Sociale ayant changé d’avis sans nouvelle demande lui attribua des soins à domicile. Muriel était enfin libre !

Contact :
Kalif, région de Thiers 63300
Courriel : REV63@gmx.fr
Tél : 06 89 04 20 52
Tarif : 45€ la séance. Durée env 45mn + mise en place



 

mots clés : vies passées, vies antérieures, REV, R.E.V., karma, kharma, regression, hypnose, etre spirituel, le moi, le soi